Les bonnes pratiques pour éco-concevoir un site web

Contacter un expert
Jade
April 11, 2024
2 min

Vous triez vos déchets, vous avez une gourde et vous mangez des bowls végés ? C’est un bon début pour sauver la planète ! Mais vous pouvez aussi y contribuer avec votre site web.

Vous triez vos déchets, vous avez une gourde et vous mangez des bowls végés ? C’est un bon début pour sauver la planète ! Mais vous pouvez aussi y contribuer avec votre site web.
Tutoriels

Vous triez vos déchets à la maison, vous avez une gourde et vous mangez des bowls végés ? C’est un bon début pour sauver la planète !

Le 22 avril, c'est le jour de la Terre ; et comme on est plus calé en conception de sites web que sur la couleur des poubelles de recyclage, on vous partage les bonnes pratiques à adopter pour un site “green”, c’est-à-dire qui soit optimisé pour limiter son impact environnemental.

Selon une étude Green IT, le numérique représente 3 à 4% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est bien moins que d’autres secteurs, mais avec l’augmentation de la consommation numérique il y a tout de même de quoi s’en préoccuper.

Limiter l’impact environnemental de son site web

L’hébergement d’un site et la navigation sur internet, ça consomme. Parce que derrière une requête Google ou une page html chargée, il y a un serveur qui tourne. Mais il est possible de diminuer cet impact : ça s’appelle l’éco-conception d’un site web.

L’hébergement

Vous pouvez réduire votre impact environnemental en choisissant un hébergement “vert”.

Première chose, vous pouvez opter pour un hébergeur local quand c’est possible.

Ensuite, vous pouvez aussi favoriser un hébergeur web qui s’appuie sur des serveurs alimentés avec des énergies vertes et renouvelables. C’est le cas de Planethoster, o2switch ou encore Infomaniak.

L’UX/UI

Avec un design plus sobre et minimaliste, vous améliorez aussi le parcours utilisateur en plus de limiter votre empreinte numérique.

Pour cela vous pouvez :

  • réduire le nombre d’images
  • privilégier les icônes plutôt que les images
  • limiter le nombre de fonts : choisissez 1 à 2 polices d’écritures maximum (une pour les headers et une pour les textes)
  • concevoir en dark mode : un fond sombre et un contenu aux couleurs claires

Les images

Le poids des images a un impact important sur la performance du site et donc sur son temps de chargement. Et un site qui charge moins, c’est un site plus écologique. Veillez donc à optimiser vos images en utilisant les bon formats et compressez-les pour réduire leur poids.

Quelques outils en ligne pour optimiser le poids des images :

Le choix du CMS

Certains CMS (Content Management System) ne sont pas optimisés pour éco-concevoir un site web. Certaines fonctionnalités alourdissent les pages, c’est le cas des plugins de Wordpress par exemple. Il faut essayer de supprimer ceux qui ne sont pas nécessaires dans la mesure du possible.

Des nouveaux éditeurs comme Webflow, contribuent à améliorer votre empreinte numérique. Webflow contient des fonctionnalités intégrées comme :

  • la compression automatique des images
  • un code réduit au strict nécessaire selon la construction de vos pages
  • une simplification des classes CSS
  • la possibilité de faire l’état des lieux de ses classes et supprimer celles qui ne sont pas utilisées

Mesurer l’empreinte écologique de son site web

Si vous mettez en place les mesures citées précédemment, vous devriez déjà voir des résultats à la fois sur la performance de votre site et sur son impact environnemental.

Pour mesurer la consommation de votre site, il existe quelques outils gratuits :

  • EcoIndex : indique le score de performance environnementale avec une note sur 100
  • PageSpeed Insights : indique le poids des pages, leur vitesse de chargement sur différents appareils et les moyens de les diminuer
  • Ecometer : analyse l’impact environnemental d’un site en se basant sur les 115 bonnes pratiques de référence de l’éco-conception
No items found.

Plus d'articles sur

No items found.